Accueil
Exposé général
notre devoir écolo..
la santé
la respiration
lois universelles
reflexions
finalité
Contact
addendum
téléchargement

 

 

 

 

  vous avez dit, SANTE ! ? 

 

Avoir la santé comme on dit généralement, c'est peut-être pouvoir utiliser ses fonctions vitales naturellement,  sans contrainte, avec liberté et insouciance.

C'est aussi peut-être un état d'être, lié à la volonté, parfois  le résultat de la foi personnelle, mais  plus sûrement  la conséquence d'un mode de vie qui englobe dans une harmonie générale, le psychisme et le physique. C'est la compréhension de son mode de fonctionnement dans le contexte environnemental et la confiance qui en découle dans un but beaucoup plus tourné vers l'obtention d'une vie saine amenant à la paisible liberté plutôt que de vouloir en prolonger sa durée .  

 

La maladie qui peut se traduire par le mal être est le reflet et l'aboutissement d'une mauvaise gestion de vie, et la conséquence de notre libre arbitre. Or se contenter de prendre une potion minérale ou végétale (médicament) ne peut au mieux, que compenser pendant le temps de la prise qu'une partie du mal être.

Le premier des actes lors d'un déclenchement de maladie n'est-il pas de se poser la question: ma vie est-elle en accord avec les principes universels de la création desquels je suis issu ?.... et en cas de réponse négative, la première des choses à faire n'est-elle pas de retrouver cette harmonie ?   

La cause n'est-elle pas à traiter avant l'effet ?

La cause peut être  d'ordre physique et/ou psychique (ou génétique quand l'être n'a pas suffisamment de ressources volontaires et énergétiques pour modifier les mémoires héritées des parents).                        

 

COMPRENDRE  LE  CORPS  HUMAIN  

Un spermatozoïde, emportant avec lui un protocole de développements génétiques va cheminer jusqu'à l' ovule chargée elle-même de son potentiel génétique; de leur union sortira  un embryon possédant tout de l'un et de l'autre.

Cet embryon viendra puiser dans l'énergie de la mère afin d'alimenter les mémoires du protocole de développement et chaque partie se développera en attirant les substances minérales du corps porteur.

Pendant sa grossesse, la femme a donc besoin d'un environnement calme qui lui permette de rester en paix afin de fournir l'énergie électromagnétique aux mémoires, mais également de manger les minéraux graisses et sucres  nécessaires à l'élaboration des cellules naissantes.

L'embryon n'est alors qu'un clone du père-mère et se développe en fonction de la vitalité des mémoires ( alimentée par le magnétisme de la mère) et de la disponibilité des minéraux de base selon une succession de phases de construction prédéterminées. L' on s'aperçoit ici que, lors d'une phase d'élaboration du petit corps, si la mère a une défaillance dans son alimentation et/ou une perturbation dans sa quiétude mentale, l'apport des éléments nécessaires sera diminué et la construction de la fonction ou de la partie corporelle concernée sera perturbée et diminuée d'autant. L'embryon "profite" de tous les éléments constitutifs de la matrice (la mère a donc la responsabilité de vivre sainement).

Quand l'embryon-clone est déjà bien avancé dans sa construction, l'âme (conscience) pour laquelle est destiné ce corps-véhicule en formation, apprend de plus en plus souvent à investir son futur corps. Cela se traduit par des mouvements qui permettent également la prise de contact avec la mère. Entre deux mouvements la conscience retourne dans son espace-temps d'attente où elle peaufine sa préparation à la descente dans la densité.

Ce n'est que le jour de la naissance que l'âme  intègre définitivement l'embryon-clone, perdant une partie de la conscience d'elle-même et de l'universel, et devenant l'enfant humain dont le physique a hérité et vit selon la génétique des parents.

Cette âme-conscience subit le traumatisme de la naissance (descente dans la densité, dans le monde grossier) et prend quelques années à affirmer sa personnalité dans ce nouveau corps dense (en prendre le contrôle) et à se détacher progressivement des parents (la personnalité modifiant progressivement à sa convenance les mémoires données par les parents). 

L'enfant devient alors un être humain à part entière qui a certes besoin de terminer sa formation, mais qui possède une conscience personnalisée qui prend jour après jour possession de son corps physique. La prise de possession et la maîtrise de ce corps sont d'autant plus rapide que la personnalité est affirmée.

Ce nouvel humain est désormais seul à se gérer et devient responsable de lui-même.

Inconsciemment, il sait qu'il devra conserver et attirer à lui de l'énergie (magnétisme) pour alimenter sa vitalité donc ses mémoires; la première chose à faire étant de conserver l'énergie acquise en agissant à bon escient, en gardant une mentalité de paix et de joie, et surtout en évitant de ruminer ou ressasser ( ce qui diminue énormément le potentiel magnétique). Pour augmenter ce potentiel, il pratiquera la respiration contrôlée dans son silence et sa paix. L'apport d'oxygène augmentera ses capacités vitales.

Il sait également inconsciemment, que son corps physique a besoin d'éléments minéraux pour terminer son élaboration et participer a son éventuel réparation commandée par ses mémoires instinctives de survie.  Généralement, il devra trouver dans sa nourriture, les minéraux, les vitamines ...  nécessaires à sa régénération, et les sucres et graisses donnant l'énergie à l'accomplissement des différents actes de sa vie.

Toujours inconsciemment, il sait que sa pensée est directrice et constructive en activant sa volonté d'attention, et que la couleur de son cheminement dépendra de la philosophie choisie. Il sait que son être découle d'une logique d'élaboration dont il doit retrouver l'essence pour vivre l'harmonie de sa création.

Et de quelle manière va-t-il retrouver sa vérité tout en assumant son environnement, son éducation, son égo.... qui sont autant de facteurs déroutants ?.....il ne sera jamais assez répété que c'est dans sa paix et son silence que l'on tait son environnement, son éducation, son égo..... pour accéder à sa vérité.                                                      

 

ASPECT  PHYSIQUE de la santé.

Le corps physique est une belle mécanique qui, pour nous permettre d'appréhender avec les meilleurs atouts le monde agressif de notre densité, demande à être utilisé en accord avec son mode d'emploi.

Et ce mode d'emploi stipule entre autres,

- vivre dans un contexte environnemental respectant l'intégrité de l'être tant dans ses rapports avec l'autre que dans un contexte  écologique.

- avoir une activité physique empreinte d'harmonie et de souplesse qui permet d'entretenir les fonctions vitales ( toute fonction non régulièrement activée perd de ses capacités).

- surveiller son poids et ne pas dépasser la valeur admise en fonction de sa taille. Il n'y a aucun mystère en ce domaine, si l'on grossit c'est d'abord parce que l'on mange mal puis trop !

     L'excès de poids amène un excédant peut-être de bons éléments lorsqu'ils sont pris à dose normale mais qui deviennent toxiques, perturbateurs lorsqu'ils sont pris à forte dose;  ils  engendrent  un  disfonctionnement de l'organisme que ce soient dans la mobilité ( articulations), dans l'épuration (reins, foie, pancréas...), dans le blocage progréssif de certaines fonctions vitales (coeur...)

-  ne pas manger n'importe quoi sous prétexte que çela flatte le palais !

    Nous n'avons pas été conçus avec une cuisinière ou un frigo accrochés à nos basques. Le créateur a mis à notre disposition un jardin où l'on devait puiser notre nourriture. L'aliment naturel de base s'inscrit dans l'harmonie du créé. Plus cet aliment est transformé, plus il perturbe l'organisme qui l'ingurgite et par là même prélève plus d'énergie pour son assimilation.Quand le corps n'a plus d'énergie ou est trop fatigué, les éléments indésirables s'imposent dans l'organisme en le destabilisant.

    Notre alimentation entretien notre structure physique qui doit s'accorder à  l'harmonie de l'ère cristalline dans laquelle nous entrons, et ce sont les végétaux qui nous le permettent. Ces végétaux contiennent les minéraux, les vitamines, les protéines, les graisses, les sucres et autres... dont nous avons besoin.

 La maladie n'est pas un état naturel et elle survient quand l'être perd de son potentiel énergétique, diminuant l'écran magnétique naturel de protection.

Pour conserver ce potentiel magnétique:

     - vivre sa mentalité de paix, joie, liberté, amour attirant le positif du créé ( même le positif des maladies qui sont bénéfiques)

     - garder le corps physique dans son état de pureté sans surcharge alimentaire et en activité physique d'entretien. Tout excès ou dépôt alimentaire ou autres (médicaments...) s'installant dans le corps physique déclenchera une réaction de la part de certaines cellules mémoires afin d'éliminer les intrus. Une absorption d'aliments déclenchera une action ( digestion, transit intestinal....) puisant sur la réserve énergétique. Une prise de médicament déclenchera une réaction puisant également sur la réserve énergétique afin d'aider à l'agissement de ce médicament mais également à l'élimination de ses effets secondaires. Mais c'est la constipation qui épuise le plus l'organisme. L'on peut être constipé en allant tous les jours aux toilettes. L'on est constipé lorsque l'intestin n'assure plus sa fonction d'évacuation et que cette dernière s'éffectue par la seule action d'empilage et de poussage des nouveaux aliments ingurgités.

    Un aliment fraichement ingurgité est "digéré" en donnant à l'organisme le meilleur de lui-même. Si cet aliment n'est pas évacué en peu de temps, il commencera à fermenter (donnant de l'aérophagie), puis cette fermentation devenant putride (pets avec odeur) liberera dans l'organisme des toxines de fermentations intoxiquant le corps. Ce corps, en réaction (mémoires de survie), mettra alors toute son énergie à lutter contre les toxines envahisseurs. Le corps qui n'a plus suffisament d'énergie se laisse envahir et investir dans une dégradation progressive des fonctions vitales (dans ces cas, on ingurgite encore plus de médicaments qui demandant de l'énergie, donnent l'impression d'un rétablissement mais qui peut après épuisent encore plus l'organisme; et plus on prend de médicaments , plus on endort la faculté de réaction du corps et plus on devient vulnérable aux maladies et dépendant de la médecine).

   La constipation peut se combattre en mangeant peu à la fois (évitant les bouchons intestinaux), en liquéfiant sa nourriture et en buvant suffisament d'eau (ce qui nettoie également les reins) en ayant l'exercice physique approprié à l'alimentation, en s'accordant tous les jours un moment de repos permettant le massage mental intestinal .... et l'on peut aider le transit en ingurgitant certains ferments lactés et une solution de chlorure de magnésium. La levure de bière alimentaire présente l'avantage de reconstituer une flore intestinale (de même les ferments lactés) et d'apporter à l'organisme des protéines vitales . La constipation peut également être accentuée par une diminution de force vitale au niveau de l'intestin, ce qui peut se traduire par une perte d'énergie alimentant les cellules chargées d'activer le transit. Une bonne série de respiration profonde accompagnée de concentration sur l'intestin devrait redonner vitalité à cette fonction vitale.  

  Une règle générale voudrait que l'on s'arrête de manger dès que l'on se sent "patraque", que l'on prenne une purge intestinale, puis que l'on accorde un temps de repos digestif à son corps en jeûnant quelques jours accompagné de moments consacrés à la respiration profonde. Ce qui également permet et donne au corps le temps d'éliminer les éléments indésirables et de refaire une réserve énergétique éléctromagnétique (cela reconstitue l'écran magnétique de protection contre tous virus, microbes....)            

-  grand nombre de maladies sont également  la conséquence de l'infection. 

L'infection peut être d'origine cutanée (par contact), respiratoire, mais le plus souvent elle est la conséquence de notre alimentation mal comprise, dénaturée, trop abondante ou sans valeur, mal digérée et mal évacuée. L' infection du corps peut-être combattue de plusieurs façon:

    -d'abord, veiller à ne pas infecter ce corps en évitant de stationner dans des ambiances malsaines ( poussières, gaz, radiations ....etc) et en choisissant une nourriture naturelle.

     -en cas d'infection constatée, jeûner, se purger, boire de l'eau et se donner le moyen de transpirer abondamment; nous transpirons ce que nous mangeons. Cette transpiration emmène avec elle graisses et toxines. La purification peut se traduire également par des irruptions cutanées de boutons ou furoncles . Cette façon d'expulsion cutanée montre que le corps concerné possède suffisament d'énergie pour réagir; ce qui est généralement constaté chez les jeunes êtres encore possesseur d'un potentiel énergétique élevé. Chez les êtres agés ces irruptions cutanées sont moins fréquentes, non pas qu'ils soient moins infectés, mais plutôt parce que leur potentiel énergétique n'est plus assez élevé et apte à gérer et évacuer l'infection sous cette forme. Il est souhaitable de ne pas avoir ces irruptions cutanées, mais leur apparition démontre au moins que le sujet possède une certaine forme énergétique. Inutile de préciser que ces boutons, furoncles, ont leur utilité de drainage et d'évacuation et qu'il est inconcevable de prendre une médication pour stopper leur action. 

 

Les vaccins ont été utiles en leur temps, mais on sait maintenant que ces vaccins appauvrissent les défenses naturelles, qu'ils conduisent vers une aliénation tendant à rendre de plus en plus dépendant des laboratoires pharmaceutiques. Le moment est venu de prendre conscience que le virus n'est rien et que le terrain sur lequel il peut s'implanter est tout. Les virus, microbes et autres ont toujours existé, c'est nous, qui en nous affaiblissant nous mettons à leur portée. Augmentons notre fréquence vibratoire et notre réserve d'énergie électromagnétique et tous ces indésirables n'auront pas prise sur nous. Maintenons notre corps en parfaite harmonie, dans la bonne humeur et la pureté (hors infection, toxines.... etc).

 

 Quelques pratiques usuelles chez les "biens portant" : 

 - pratique de la respiration profonde contrôlée

 - expiration profonde pour connaître les points faibles de son corps ( les parties mal-portantes  se signalent par une douleur ou une gêne)

 -dès que le corps signale une faiblesse, pratique du jeûn (économie de batterie), puis respiration profonde avec énergie dirigée et imposée mentalement sur le point faible

 - cure d'hiver ( lorsque le corps a moins d'activité, qu'il transpire moins et que l'on boit moins  donc élimination plus difficile des déchets) en ingurgitant une solution de chlorure de magnésium (très bon anti-viral), et puisque pendant cette période les légumes et fruits frais deviennent plus rares, un peu de vitamine C. C'est en mangeant plus l'hiver et bien évidemment en éliminant moins que l'on se met à la portée des virus.

 - l'eau salée est un désinfectant (parties nasales, muqueuses, gorge) mais aussi un décongestionnant ( gencives quand nous leurs donnons trop d'énergie par la nourriture)

 - les cheveux sont, chez certains, le reflet de la santé; quand on commence à les perdre ou qu'ils deviennent trop fins, c'est souvent parce que l'on mange mal, trop gras, trop sucré, trop cuisiné....Le massage du cuir chevelu en comprimant légerement la peau entre les doigts fait ressortir la graisse provenant du trop plein des glandes sébacées; et quand il y a excès de graisse à la base du cheveu ce dernier tombe plus aisément (imaginez la tenue d'un cheveu planté dans une motte de beurre)  

 - plus nous avons besoin de papier toilette et plus nous sommes malades. Le rouleau papier toilette est une invention de l'homme pour masquer sa perdition d'harmonie et le mauvais fonctionnement notamment de son tube digestif.

 - Le "bien portant" boit son verre d'eau à jeun le matin au réveil en demandant à cette eau d'aller dans toutes ses parties du corps et de drainer le "mauvais". Puis il inspire lentement et  profondément l'énergie vitale qu'il répartit dans tout son corps en demandant à ses cellules d'y puiser leur vitalité.

   Nous avons oublié que nos cellules sont des univers donc des êtres vivants avec lesquels nous pouvons et nous devons communiquer. Nous avons même la faculté de leur imposer notre direction d'attention.

 

  La "bien portance" s'apprécie et se traite sur trois niveaux qui sont le physique, le mental, et le potentiel énergétique. La médecine officielle traite généralement la maladie sur le plan physique, ce qui peut grossièrement se traduire par: à un effet correspond une potion médicinale, une intervention chirurgicale ...etc. Il est heureux que de plus en plus de praticiens évoluent en sortant de la voie traçée par la faculté en abordant par des voies dites souvent de médecines parallèles, les aspects non visibles de la maladie.

  La médecine officielle s'applique généralement à oeuvrer pour la guérison (le patient cotoie le médecin lorsqu'il est "mal". Le traitement de l'application des principes de santé est laissé à l'appréciation de la personne qui, dans bien des cas n'en a pas conscience (voit-on des gens, en bonne santé, visiter leur médecin afin de demander conseil pour rester en santé ?). La logique de vie n'implique-t-elle pas que le médeçin-santé intervienne par ses conseils d'hygiène avant que le patient ne devienne malade et demande l'intervention du médecin-guérison ?. 

   

Nous avons à notre portée la notice d'emploi de notre belle mécanique et certains outils de maintenance et de réparation donnés par la nature (quand elle n'est pas dégradée par l'activité humaine); et si malgré cela, nous n'arrivons pas à garder un certain niveau de santé, il est indéniable que la consultation du praticien reste nécéssaire ce qui démontre notre incapacité à faire volte face et à réintégrer la sphère du Naturel.

 

   Novembre  2006

 

   Joël  PORET  citoyen de l'univers

 

 note pour les cancéreux:

n'oublions pas que la volonté génère la personnalité, et que cette personnalité est véhiculée par le sang. L'énergie de cette volonté est générée par la respiration profonde et contrôlée quand nous augmentons notre fréquence vibratoire. La médecine nous enseigne que les cellules, donc le cancer, se nourrissent de notre sang, et en conséquence de notre personnalité parmi d'autres éléments véhiculés.

Nous avons sans doute là, un bon moyen d'agir sur les cellules cancéreuses au moyen de notre volonté.

Mais ces cancers ne se produisent-ils pas parce que, inconsciemment, nous ne savons plus gérer en maître l'organisation de notre corps-véhicule en accord avec nos lois de création ?.  N'y a-t-il pas de notre part une démission de notre autorité pour nous abandonner à l'agir en nous de l'autre?. Le cancer n'est-il pas l'intrus qui prend, en places les plus affaiblies, la directive laissée vacante par notre faiblesse de nous en remettre à l'autre?

La vie s'entretient dans un rapport de force dont l'équilibre est maintenu par notre volonté. Et notre volonté gère notre énergie et son utilisation. Une zone envahie d'un cancer est sans doute une zone où l'énergie de la source défaillante, laisse place à toute intrusion d'énergies étrangères à notre bon fonctionnement.

Nous pouvons mentionner içi, sans pour autant cautionner une thèse qui dans son application a, parait-il, réussi à soigner quelques patients, n'en a pas moins le mérite d'être simple et sans danger à défaut d'être efficace. Et tant que la médecine officielle balbutie dans ce domaine, il est recommandé d'essayer toute thérapie simple et sans danger. Cette thèse est celle du Dr Tuillio Simoncini, oncologue italien, qui pense que le cancer est un champignon qui se développe en milieu acide là, où dans le corps se crée un vide énergétique diminuant la capacité immunitaire du lieu. Ce médecin préconise un traitement fongique au bicarbonate de soude: " via une administration orale pour l'appareil digestif, un lavement pour le rectum,une douche pour le vagin et l'utérus, une injection intraveineuse pour le poumon et le cerveau et une inhalation pour les voies aériennes supérieures. Les seins,ganglions lymphatiques et tumeurs sous cutanées peuvent être traités avec des perfusions locales. Les organes internes peuvent être traités avec du bicarbonate de soude en plaçant des cathéters dans les artères (du foie, du pancréas, de la prostate, et des membres) ou dans les cavités (de la plèvre ou du péritoine). Il est important d'utiliser un dosage approprié à chaque type de cancer. Pour la perfusion intraveineuse, 500 cc administrés à intervalles réguliers ( à 5% un jour et à 8,4% le suivant) sont requis , en fonction du poids et de l'état du patient ; la dose la plus forte pouvant s'averer nécessaire dans les cas de cancer du poumon et du cerveau selon le type (primaire ou métastatique) et la taille de la tumeur. Pour des applications externes, une solution au goût salé suffit. Il est  parfois judicieux de combiner différents modes d'administration. Pour chaque traitement, tenez compte du fait que les colonnies tumorales régressent entre le troisième et le quatrième jour et s'écroulent entre le quatrième et le cinqième jour, un traitement de six jours est donc suffisant."

Chacun restant responsable de sa vie et seul juge des actions à entamer; pour information je donne le nom du site prônant cette thérapie "naturelle":

   www.curenaturalicancro.com/fr/ 

Généralement, dans la vie courante que nous menons, notre conscience s'extériorise de notre corps physique, car occupée par les problèmes de la vie et particulièrement par les tracas professionnels, laissant les différentes parties de ce corps livrées à elles mêmes, sans direction unitaire et surtout sans soutien énergétique. Il est bon de rappeler que c'est la conscience qui oriente la répartition de l'énergie captée par la respiration profonde et contrôlée vers les mémoires des différentes cellules afin que ces dernières oeuvrent en fonction de leur programme.

Ainsi, lorsque la conscience s'extériorise (captée par des préocupations extérieures), elle délaisse les cellules de son corps physique ouvrant la voie à toutes dérives. C'est un besoin vitale pour le physique, que l'unité soit maintenue par la conscience avec apport d'énergie.   C'est pourquoi, le retour quotidien de la conscience dans le corps physique ( méditation, recueillement... pendant lesquels la conscience, en toute maîtrise, maintient l'unité des cellules en leur apportant leur nourriture: l'énergie respirée ) est nécessaire et vitale.

Cette période d'introspection doit être répétée le plus souvent possible. Dans le cas d'inexistance, la cellule perd d'abord de sa vitalité (surtout dans le domaine immunitaire), puis, n'étant plus rattachée à l'unité, commence une lente dérive d'autogestion ouverte à tous intrus.Le cancer, terme général désignant le résultat de cet abandon, peut ainsi être mieux compris et combattu par recouvrement de la maîtrise de l'unité du corps physique par la conscience en redonnant l'énergie nécessaire au bon fonctionnement du programme de chaque cellule. Il est nécessaire de rappeler içi que la nourriture n'apporte que l'énergie permettant notamment le mouvement des muscles qui sont dirigés par le programme des cellules qui a besoin lui-même de l'énergie provenant de la respiration profonde et contrôlée pour fonctionner. Rappelons que le fait de manger épuise le potentiel énergétique du programme des cellules. C'est pourquoi, lors de déclenchement de maladie, il est recommandé de jeûner dans un premier temps, d'abord parce que cette maladie amène au repos du corps qui n'a donc pas besoin d'énergie musculaire, puis et surtout,  afin de réhausser son potentiel énergétique (accéléré par la respiration profonde et contrôlée).

Mes propos sur la santé sont des informations qui, pour un patient atteint, doivent être considérées comme venant en complément d'un traitement officiel de la maladie. La philosophie délivrée par ce site demande, au moment de sa découverte, beaucoup de volonté pour son application et en conséquence, il est logique qu'un être malade, donc diminué énergétiquement, suive d'abord les prescriptions du médecin traitant. L'idéal étant de s'initier aux principes de la médecine énergétique quand on est en pleine possession de ses moyens, et alors seulement, on a assez d'expérience pour parvenir à une certaine maîtrise. Il est expressement recommandé de garder la lucidité et l'humilité de ne pas hésiter à consulter son praticien; la maîtrise de la vibration s'acquiert paisiblement en cheminant avec humilité, patience et volonté vers une compréhension du créé.

Avec le temps et une pratique régulière, cette philosophie énergétique de la vie colle à l'être comme une seconde peau et sa pratique devient instinctive en ne demandant plus    d' effort d'application.

 

en cours d'écriture (après chaque retour de projection de conscience qu'il est conseillé à chacun d'éxercer)

         

Top